Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le petit Pierre des RH

L'autodidacte - Plus performant ?

28 Juin 2016 , Rédigé par Pierre-Arnaud Andrieu

L'autodidacte - Plus performant ?

« Autodidacte. Apprendre seul. Une drôle d'idée. Qui a appris seul ? Vraiment seul ? Pas moi. Nullement. Et pourtant. Il paraît que j'entre dans cette case. À peu près pour tout ce que je fais. Tout ce que je sais.

Je crois que l'autodidacte a envie de faire. De savoir. Juste envie. Dès lors il n'attend pas qu'on lui donne. Il prend. Là. À droite. À gauche. Il regarde. Il observe. Il mime. Il singe. Il vole. Il recompose. Il refaçonne. À son rythme. À sa vitesse. Il expérimente. Il n'a pas peur. Il se fait confiance. Même quand il doute.

Nom de nom, J'irais même jusqu'à dire que j'ai confiance en mes doutes.

Pourquoi est-on autodidacte ? Comment devient-on autodidacte ? Pourquoi, si j'ai été capable de toutes ces petites "choses" durant ma vie, je n'ai pas été capable de m'intégrer dans un cursus standard ? Pourquoi ai-je, durant toutes ces années, été considéré comme un cancre incapable de comprendre ce que l'on m'enseignait ?

Je crois qu'une partie de la réponse se trouve du côté de l'affect. De la relation avec les autres. L'autodidacte est-il un timide ? Ce qui le pousserait à apprendre sans demander aux autres. Juste en les regardant. En les écoutant l'air de rien.

Je sais, je ressemble à tout sauf à un timide. Mais qui peut prétendre me connaître vraiment ?

Purée, voilà un post écrit dans un train en direction de la capitale, sans but précis juste à partir du mot "autodidacte". Un statut qui laisse envisager des tas de pistes qui mériteraient peut-être que je noircisse quelques pages. Parce que là, j'arrive en gare et il va falloir que je range mon téléphone dans ma poche... »

Cet écrit de Philippe Maurin (Fondateur de Tric-Trac) est une porte vers une réflexion maintes fois débattue. Et à l’heure où les débats « bien-être en entreprise » ou « entreprise libéré » saturent nos tabloïdes, celui de l’autodidacte continu son petit bout de chemin, plus silencieusement.

Mais aujourd'hui, alors qu’il faut être capable de fixer un cap dans un monde devenu plus volatile, qu’il faut s'adapter en permanence et que la course à ceux qui ont ces capacités s’amplifie… Les autodidactes ne seraient-ils pas les employés modèles de demain ?

N’ayant pas reçu les solutions classiques enseignées dans les institutions, ils en ont inventé !

Ils ont appris autrement, se sont fixés des objectifs, les ont atteints. S’ils réussissent c’est grâce à des qualités dont les entreprises ont besoin sans doute plus que jamais aujourd’hui. Notamment la curiosité, le pragmatisme, la ténacité, l’inventivité, l’engagement.

Pourtant, en France, seul l'entrepreneuriat et la grande distribution peuvent offrir un chemin de réussite pour les autodidactes. Malheureusement, dans notre pays, un autodidacte a très peu de chances d'arriver au sommet. La créativité et l’innovation, qualités que l'on retrouve chez eux, sont une demande des entreprises même si, paradoxalement, elles recrutent des clones.

À voir les profils repérés année après année par les Victoires des autodidactes, réussir sans formation initiale est possible en France. A condition toutefois d'avoir quelques dispositions et « de la chance »,

Alors, L’autodidacte s’imposera-t-il demain dans les entreprises ?

Être visionnaire ne s'apprend pas en formation initiale

Lire la suite

Grande foire aux candidats beaux et pas chers

28 Juin 2016 , Rédigé par Pierre-Arnaud Andrieu

Grande foire aux candidats beaux et pas chers

Le recrutement c’est une méthode… C’est un art. Que tout le monde ne maîtrise pas.

Un bon recruteur est également un bon vendeur. Pas le baratineur en produits ménagers qui vend des produits à la pelle parce que le service réclamation de sa grande surface ne remonte pas jusqu'à lui. Non, un bon recruteur pourra revoir ses clients, le sourire aux lèvres, autour d’un café ou d’un Perrier. Oui Messieurs-Dames, il est sincère, honnête ET efficace.

Le métier de consultant en recrutement demande de l’investissement personnel. Je parle ici du temps à passer. Rechercher un profil particulier, peut-être (et est souvent) chronophage. Il lui faut disposer du sens de l’écoute d’un bon vendeur et le talent d’investigation d’un Sherlock-Holmes. De plus, Il doit être la balance des valeurs : conscient de celle que le client lui demande et de celle que le candidat lui propose. Il se doit d’être dans une relation « Win-win ». On ne vend pas un placement comme on vend un stylo. Les compétences ont un prix et quoique l’on en dise, certaines se payent chères… D’autres moins.

Un bon recruteur est un négociant. Un négociant habile et visionnaire. Il refusera de vendre son meilleur cheval de course à une boucherie. Même si la boucherie lui propose une somme alléchante. Pourquoi ? Et bien en plaçant son poulain dans une écurie dans laquelle il fera toutes ses preuves, le recruteur se bâtira une réputation. --> Une politique de vente fertile.

Alors oui, aux cotés de la charte éthique, et même dans les entretiens de recrutement, pour être un bon recruteur, il faut être un bon vendeur.

Décourageant ? Souvenez vous de votre satisfaction après avoir vendu une Porsche à une bonne écurie ;)

Lire la suite

Petit guide du sourceur sur Balai volant

28 Juin 2016 , Rédigé par Pierre-Arnaud Andrieu

Petit guide du sourceur sur Balai volant

Qu’on se le dise, en France, le métier de Sourceur n’est encore qu’à ses balbutiements. Au mieux, on vous confonds avec le similaire chasseur de tête. Hurluberlu parmi ses pairs hermétiques, véritable sorcier pour les autres, le sourceur est dans le pays de Madame J.K Rowling, un métier d’art et de manières.

Le sourcing est un peu comme une partie de Quidditch. Chaque nouvelle mission est un match, un défi. Il faut se faufiler entre ses adversaires en ciblant son objectif pour marquer LA compétence et être le meilleur pour se saisir du "Golden Snitch " , la perle rare. La finalité est donc de gagner. Mais attention à ne pas confondre vitesse et qualité, car une rapidité mal maîtrisée, c’est le crash assuré.

Mais comment éviter les féroces « cognards » et prendre la hauteur suffisante sans chuter ?

Petit guide du sourceur sur Balai volant :

Votre réseau est votre équipe : Vous le construisez par vous-même. En quelque sorte vous choisissez vos partenaires. L’idée est de connaitre un maximum de personnes actives qui vous donneront les informations nécessaires afin de réagir rapidement lorsqu’une offre se présente. Ce qui vous donnera de l’élan et de quoi vous faire penser aux différents profils potentiels.

Votre Balai, votre référentiel : Il est votre fidèle destrier, votre référentiel d’outils. Encore faut t-il bien les maîtriser. Si ce n’est pas le cas, passez du temps avec eux pour apprendre à le faire, c’est important. Ils sont nombreux : Indeed, Talentplug, Badoo ( ah non pas Badoo… Mais tiens, pourquoi pas ? ), les formules booléennes, Linkedin, votre téléphone… Choisissez les en fonction de vos préférences et des résultats qu’ils vous apportent.

L’art et la tactique : Si les CVthèques sont votre seul référentiel et que vous êtes adepte du « Post and pray » vous allez perdre. Vous êtes sur le terrain bon sang ! Vous devez avoir une idée nette de votre cible et vous y focaliser tout en sachant faire preuve d’innovation et de savoir utiliser les bons mots.

Prendre gare aux cogneurs : La quantité peut vous faire de l’œil, mais n’y cédez surtout pas ! « La quantité c’est cette villa en Floride qui a commencé à se dézinguer au bout de 10 ans. La qualité c’est le building en vieille pierre qui va rester debout des siècles durant. C’est toute l’histoire d’une réputation » Cette citation modifiée de House of cards est tout à fait explicite.

Le Golden Snitch : Le voilà ! Le candidat idéal est dans votre viseur ! Surtout pas de précipitation ! Il faut connaitre et comprendre l’écosystème dans lequel il est et celui dans lequel vous cherchez à le recruter. Le sourcing est un jeu. A vous d’utiliser les bons mots ! La bonne technique d’approche ! Il faut le faire venir au creux de votre main.

Le sourcing est en constante évolution. N’oubliez jamais de parler avec d’autres recruteurs, de réfléchir, ne perdez pas votre étincelle créatrice.

Si vous êtes étudiant en ressources humaines n’oubliez pas « Le tournoi de recrutement » ! C’est l’occasion de vous immerger dans le métier et de faire valoir vos compétences !

Lire la suite

Boite à outils pour jeunes sourceurs veilleurs

28 Juin 2016 , Rédigé par Pierre-Arnaud Andrieu

Boite à outils pour jeunes sourceurs veilleurs

Faut -il le répéter? La veille joue un rôle important en matière d’emploi pour les entreprises.

L’emploi est un marché d’offres et de demandes. Et, pour que l’offre et la demande se rencontrent, il est important que l’information circule et arrive à destination des personnes concernées.

Les recruteurs ont beaucoup à gagner dans la mise en place d’une veille efficace. Pour explorer ces horizons possibles, regardons un peu dans la boîte à outils

Petit regard dans la boîte à outils de papi veille :

+ Les sites d’annonces. Poster une annonce sur Pôle emploi, indeed et j’en passe n’est pas du Sourcing. Mais le « Post and pray » peut parfois entendre vos prières ! On commence par-là ! (Mais comprenez bien, vous êtes un loup qui cherche un oiseau rare. Arrangez-vous pour que ce soit l’oiseau qui lorgne sur le loup)

+ Google : moteur de recherche célèbre, il permet également de créer des alertes. Un simple parametre paramètre de compte à partir de mots clés et cela vous permet de recevoir quotidiennement un mail récapitulatif répertoriant la quasi-totalité des sites, blogs, médias sociaux dont les contenus contiennent le mot à suivre.

+ Les réseaux sociaux : L’importance du réseau, vous la connaissez. Mais dans la veille active ça donne quoi ? Vos amis Facebook vous bombardent d’invitations à candy crush et autres photographies de gâteaux ? Cela ne sera pas vous venger que de poster votre offre ! Entre toutes ces photos de pancakes vous aurez l’occasion de vous faire remarquer.

+ Les communautés : Elles s’organisent par thématiques. Informatique, cuisine, industrielle… Il est indispensable de tisser des relations avec des communautés. Elles peuvent être des relais à vos recherches.

+ Vos collègues : Eh oui ! Surtout oui ! Souvent oubliés pourtant. Ils peuvent etre très actifs dans des milieux comme les salons ou encore les réseaux sociaux. Ils ont également un réseau. Cependant attention à ce qu’ils ne transmettent pas d’informations sensibles ou confidentielles.

La veille est avant tout un état d’esprit à développer. Le moyen le plus sûr pour faire ses premiers pas en veille RH est d’adopter une approche progressive. Prenez votre temps jeunes sourceurs ! Apprenez à utiliser le marteau car le jour où vous saurez l'optimiser et que vous sortirez de la forge, vous comprendrez que c'est vous... le Maître.

“Qui veille la nuit, se réjouit le matin.”

Lire la suite

Les 5 Attitudes du super recruteur

28 Juin 2016 , Rédigé par Pierre-Arnaud Andrieu

Les 5 Attitudes du super recruteur

Il ne suffit pas d’avoir les compétences pour être bon. Les attitudes lissent le diamant brut de vos skills. Voici 5 attitudes à adopter pour vous valoriser, vous et votre profession.

  • Jouez-la collectif. Le recrutement peut-être un jeu collectif. Savoir prendre en compte les suggestions, les idées et conseils de ses collègues peut vous aider à trouver ou recruter le bon candidat.
  • Maitriser l’Art du silence.
  • Développez votre sens de l’écoute. Pour bien analyser il faut savoir entendre, écouter. Pour être sûr que le candidat est fait pour le poste, vous devez le connaitre, avoir identifié ses points forts et ses « faiblesses », mesuré le degré de leurs compétences et savoir ce qui le motive. Votre sens de l’écoute est l’attitude qui vous permettra d’y parvenir.
  • Travaillez votre posture. La façon de vous tenir est l’une des signatures de votre personnalité. Par exemple, une posture droite, détendue avec une voix grave sera forcément associé à l’autorité. Vous n’êtes pas là non plus pour stresser votre candidat. A vous de nuancer votre posture et votre voix pour qu’il se sente à l’aise et l’amener à la discussion.
  • N’hésitez pas à vous engager. On ne devient pas un bon recruteur en restant dans sa tour d’ivoire. La compétence née dans la capacité à agir, et à agir au milieu des autres. N’hésitez pas à prendre part aux différents after-work et autres évènements RH. En vous impliquant, vous deviendrez plus crédible et vous gagnerez en réseaux naturellement.
Lire la suite

Les 7 grosses erreurs du recruteur

28 Juin 2016 , Rédigé par Pierre-Arnaud Andrieu

Les 7 grosses erreurs du recruteur

Les erreurs sont formatrices. Faut-il savoir tirer le meilleur parti de cet apprentissage. J’ai donc répertorié 7 « bourdes classiques » rien que pour jeunes recruteurs/recruteuses

  • Prétendre que l’on sait tout. Le recruteur ne peut connaitre tous les métiers ! Certes vous pourrez vous informez sur un secteur mais un ingénieur électronicien connait mieux son métier que vous ! Votre travail et de déceler les compétences que vous recherchez. N’hésitez pas à solliciter vos coéquipiers ! Vous la jouerez ainsi collectif.
  • Ne pas entretenir son réseau interne. L’esprit dans votre travail, vous oubliez de lever les yeux pour voir ce qui se passe dans votre entreprise. Vous êtes dans un milieu où tisser des liens est important. De là viennent une partie de vos résultats. Les échanges peuvent être un investissement pour votre carrière.
  • Se laisser déborder par les blablateurs. Canalisez-les au plus vite sous peine de vous noyer sous un flux de paroles inutiles. Au mieux tirer en profit pour installer un climat de confiance et avoir un meilleur échange. Mais garder et appliquer un schéma directif de l’entretien. Cela vous sauvera !
  • Se montrer trop Bavard. Un recruteur doit savoir tenir sa langue. Il a un devoir de réserve sur l’ensemble des informations qu’il possède. C’est le candidat qui est là pour un poste, pas vous. Travaillez votre sens de l’écoute justement.
  • Régir à chaud. Le candidat vous parait parfait. Votre excès d’enthousiasme peut-être préjudiciable : Le candidat est un grand manipulateur et entache votre réputation par inaptitude sur son poste. Retenez votre enthousiasme et prenez le temps de faire vos contrôles de référence.
  • Ne se fier qu’au diplôme. Un beau diplôme n’est pas une garantie de succès. Notamment que les faux diplômes circulent de plus en plus. ET vous risquez de passer à côtés de profils atypiques de qualité. Attardez-vous toujours sur l’adéquation de ce candidat au poste proposé… Ou comment bien lire entre les lignes d’un CV.
  • Recruter un ami. Votre ami Jacques a le profil idéal pour ce poste ? Attention vous risquez de vous prendre les jambes entre vie sociale et vie pro ! Si vous n’êtes pas prêt à le considérer comme un simple candidat parmi d’autres… Invitez-le à diner plutôt qu’au cabinet.

N'oubliez pas : Nous apprenons sans cesse. Soyez humble.

Lire la suite